Réseau Gliome Grand Ouest

Touchant environ 2000 personnes par an en France, le glioblastome reste une tumeur rare quoique la plus fréquente des tumeurs primitives du cerveau.


En 2006, le Cancéropôle Grand Ouest fondait un réseau de recherche sur cette tumeur, "le réseau Gliome Grand Ouest" (ReGGO). Celui-ci implique alors 7 hôpitaux, 9 équipes de recherche labellisées et 3 plates-formes répartis sur 7 villes de la région grand-Ouest. Son objectif : analyser l’hétérogénéité intra-tumorale chez des patients porteurs d’un glioblastome.

Quatre secteurs peuvent être en effet décrits dans un glioblastome, du centre vers la périphérie : la nécrose, la tumeur floride, la zone d’interface entre la tumeur et le parenchyme, et les cellules isolées infiltrées dans le tissu cérébral normal. La compréhension de cette hétérogénéité intra-tumorale pourrait être la clé de l’origine et des mécanismes de récidive du glioblastome.


Avec ce réseau gliome Grand-Ouest, de nouvelles méthodes d’IRM capables de préciser les limites de ces quatre secteurs sont développées, et les cellules tumorales des quatre secteurs sont étudiées spécifiquement et comparativement, chez le même patient, par une approche globale et par une autre plus spécialisée. Les données d’imagerie, de méchanistique biologique, de génomique et de protéomique seront corrélées afin de comprendre leurs implications respectives dans la croissance et la récidive tumorale. Le but final est de développer la neurochirurgie assistée par ordinateur et de nouvelles approches thérapeutiques ciblant ces populations cellulaires.

Le réseau Gliome Grand Ouest est à la base de la création de la nouvelle base de données nationale de glioblastomes qui a vu le jour suite à l'appel à projet intitulé "Constitution de bases clinico-biologiques (BCB) multicentriques nationales en cancérologie" lancé par l'INCa en 2012. Coordonnée par Philippe Menei, neurochirurgien au centre hospitalo-universitaire (CHU) d'Angers, elle permettra aux chercheurs de travailler sur des données cliniques et biologiques de patients afin de mieux identifier les origines génétiques et/ou environnementales de cette tumeur du cerveau et les singularités des patients pouvant expliquer le déclenchement de leur cancer ou la qualité de leur réponse au traitement.


Aller sur la page de la BCB nationale de Glioblastomes

 

Les actualités du réseau

Actuellement, il n'y a pas d'actualité.