Identification d’un gène suppresseur de métastases : le gène SCN4B

Tours, le 8 décembre 2016

Information Publications

 

Les membres de l’unité Inserm UMR 1069 Nutrition, Croissance et Cancer, dirigée par le Professeur Stéphan Chevalier, à l’Université François-Rabelais de Tours, travaillent à retarder ou limiter l’apparition de la cachexie cancéreuse, à prévenir le développement métastatique et l’acquisition de résistance aux traitements anticancéreux, par l’utilisation de nutriments ou de biomolécules lipidiques.

 

Une partie du projet du laboratoire s’intéresse à étudier l’implication de canaux ioniques tels que les canaux sodiques dépendants du voltage (NaV) dans le processus métastatique, et leur modulation par les lipides. Leur dernière étude sur le sujet, intitulée “SCN4B acts as a metastasis-suppressor gene preventing hyperactivation of cell migration in breast cancer”, parue dans le journal Nature Communications, démontre que la sous-unité Beta4 (gène SCN4B) n’est pas seulement une protéine régulatrice des canaux sodiques NaV, connus pour être impliqués dans la propagation des potentiels d’action dans les cellules excitables (cellules nerveuses ou musculaires), mais que cette protéine joue également un rôle déterminant dans la progression cancéreuse mammaire.

 

Dans cette étude multicentrique et internationale, faisant intervenir des collaborateurs de l’hôpital universitaire de Murcia en Espagne, de l’Inserm UMR966 de Tours et de la Plate-forme in vivo du Cancéropôle Grand Ouest à Nantes, E. Bon et ses collaborateurs démontrent ainsi que la protéine Beta4 est normalement exprimée dans les cellules épithéliales des tissus mammaires sains. En revanche, son expression est fortement réduite dans les tissus cancéreux mammaires, comme dans de nombreux autres types de carcinomes, et particulièrement dans les tumeurs invasives, pour être presque absente dans les tumeurs de haut grade et dans les métastases. Au niveau cellulaire, la perte d’expression de SCN4B dans les cellules cancéreuses stimule leur invasivité en augmentant l’activité de la GTPase RhoA et en induisant l’acquisition d’un phénotype cancéreux très agressif de type hybride entre un phénotype mésenchymateux et un phénotype amiboïde. Lorsque les chercheurs ont forcé la surexpression de SCN4B dans les cellules cancéreuses leur invasivité et le développement des métastases ont été réduits. Les auteurs proposent que le gène SCN4B, et son produit d’expression la protéine Beta4, pourraient jouer le rôle de suppresseurs de métastases.

 

Ces travaux ouvrant des perspectives importantes dans la compréhension des mécanismes moléculaires et cellulaires de l’agressivité tumorale ont reçu le support de l’Inserm, de l’Université François-Rabelais de Tours, de l’Institut Universitaire de France, de la Région Centre Val-de-Loire, du programme Ambition Recherche Développement ARD2020 Biomédicaments, de la Ligue Nationale Contre le Cancer (Interrégion Grand-Ouest) de l’association CANCEN, du Studium et du Cancéropôle Grand Ouest (bourse congrès par le Réseau Produits de la mer en cancérologie 2014).


Les études actuelles des auteurs ont pour objectif de déterminer les facteurs qui pourraient contrôler l’expression du gène SCN4B dans les tumeurs afin de prévenir la progression métastatique des cancers.

 

“SCN4B acts as a metastasis-suppressor gene preventing hyperactivation of cell migration in breast cancer”
Emeline Bon, Virginie Driffort, Frédéric Gradek, Carlos Martinez-Caceres, Monique Anchelin, Pablo Pelegrin, Maria-Luisa Cayuela, Séverine Marionneau-Lambot, Thibauld Oullier, Roseline Guibon, Gaëlle Fromont, Jorge L. Gutierrez-Pajares, Isabelle Domingo, Eric Piver, Alain Moreau, Julien Burlaud-Gaillard, Philippe G. Frank, Stéphan Chevalier*, Pierre Besson* & Sébastien Roger*
Nature Communications 2016 doi 10.1038/NCOMMS13648,

 

Contacts : sebastien.roger@univ-tours.fr
stephan.chevalier@univ-tours.fr
pierre.besson@univ-tours.fr

 

Revenir