Avancées technologiques en biologie et avènement du numérique : quelles incidences sur les soins et la prise en charge du malade ?

Publié le : 19.11.2019

Catégorie : Non classé

Partagez l'article

Ces dernières années grâce à l’accumulation de nombreuses avancées technologiques en biologie et l’avènement du numérique, de plus en plus de données cliniques, génomiques, phénotypiques, environnementales, d’imagerie et sociales sont récoltées pour chaque patient. Ces évolutions permettent à ce jour d’améliorer très significativement la prise en charge des patients en associant les caractéristiques moléculaires obtenues à la prescription d’un traitement permettant de proposer une médecine plus personnalisée aux patients.

Cependant force est de constater que ces données massives sont largement sous exploitées et que nous pourrions encore aller beaucoup plus loin en optimisant leurs explorations et leurs analyses. Il est donc évident qu’il est maintenant temps dans le Grand-Ouest de repenser l’exploitation de l’ensemble de ces données et de les confronter aux données cliniques disponibles afin d’accéder à une véritable médecine intégrative de précision ayant pour but l’amélioration de la prise en charge des patients mais aussi la performance de la prévention.

APPROCHES INTERDISCIPLINAIRES EN ANALYSE DE DONNEES EN ONCOLOGIE

WORKSHOP 4.0 DU 18 NOV 2019

L’objectif est d’accompagner l’émergence des nouveaux outils d’analyse et de nouveaux modèles mathématiques d’exploitation des données afin de permettre la mise en place d’une véritable médecine de précision en oncologie au bénéfice des patients.

SESSION Vie privée et protection des données de santé

  • Christine Riou, Praticien Hospitalier Information et Informatique Médicale, CHU de Rennes et référente protection des données de l’équipe INSERM Données massives en santé, UMR 1099 LTSI, Rennes « Big data et protection des données, les points réglementaires clefs en pratique. »
  • Gouenou Coatrieux, Professeur, IMT Atlantique, LaTIM Inserm UMR 1101, Département Image et Traitement de l’information, Brest. « La protection de données de santé externalisées. »
  • Romain Goussault, Responsable du projet HealthChain, CHU de Nantes.« L’apprentissage fédéré pour données d’oncologie confidentielles. »

SESSION Analyses de données clinico-biologiques

  • Roger Sun, MD PhD, Interne en radiothérapie, Doctorant 3ème année sous la direction d’Eric Deutsch (INSERM U1030) et Nikos Paragios (Centrale Supélec, Thérapanacea), Université de Paris Sud. « Intelligence artificielle et imagerie médicale (radiomics) : Principes et potentielles applications pour la prédiction de la réponse à l’immunothérapie. »
  • Sophie Limou, Maître de conférences, Ecole Centrale de Nantes et Centre de Recherche en Transplantation et Immunologie, CHU de Nantes. « Des études d’association génome-entier révèlent un nouveau facteur de risque d’insuffisance rénale. »
  • Judikael Saout, Thésard. INSERM, Institut de Recherche en Santé, Environnement et Travail, Rennes. « A Single-Cell Expression Atlas of Clear Cell Renal Cell Carcinoma. »
  • Mazen Saad, Professeur des universités en Mathématiques Appliquées, Ecole Centrale de Nantes.« Modèles mathématiques en chimiotaxie. »
  • Gwenneg Kerdivel, Postdoctorant dans l’équipe de Valentina Boeva, Equipe Computational (EPI-) genetics of Cancer, Institut Cochin, Paris. « Deciphering CpG Island Methylator Phenotype in adrenocortical carcinoma. »
  • Carito Guziolowski, Maître de conférences, Ecole Centrale de Nantes. « Construire des modèles informatiques du cancer à partir de données protéomiques. »
  • Manon de Vriès, Assistante spécialiste en oncologie médicale, ICO Paul Papin, Angers. « Caractérisation transcriptomique de l’infiltrat immunitaire dans les tumeurs du rein papillaires. »