Des anticorps pour contrôler l’évolution des carcinomes à cellules de Merkel

Publié le : 22.03.2019

Catégorie : Non classé

Partagez l'article
carcinome

Le carcinome à cellules de Merkel (CCM) est un carcinome agressif de la peau. Il en résulte des métastases fréquentes et une survie de 40 % à 5 ans. Chaque année, 250 nouveaux cas de CCM sont détectés en France.

« Majoritairement induit par l’intégration du polyomavirus à cellules de Merkel (MCPyV), ce cancer ne bénéficiait jusqu’à récemment d’aucun traitement approuvé pour la maladie de stade IV, explique Antoine Touzé, chercheur dans l’unité « Infectiologie et Santé Publique » de l’Université de Tours. La radio-chimiothérapie restait le traitement de première intention malgré une faible amélioration de la survie. L’arrivée de l’immunothérapie anti-PD-L1, qui a montré de bons résultats en première ligne, est un espoir mais il reste néanmoins bon nombre de patients non répondeurs (40 %) ».

La progression de la tumeur est liée à la faible infiltration par les CD8+. Mais, elle est également liée à des interactions complexes avec le microenvironnement tumoral, notamment en favorisant l’angiogenèse. Une forte densité vasculaire dans le CCM est ainsi associée à une diminution de la survie.

« Notre travail visait à étudier si le VEGF-A pourrait être une cible thérapeutique dans le CCM, relate-t-il. Le VEGFA a tout d’abord été recherché dans 97 tumeurs de patients. Nous avons montré son expression dans 95 % des cas ». Il est également apparu une corrélation entre l’intensité de l’expression du VEGFA et la présence du MCPyV.

Face à ces résultats d’expression chez les patients, les équipes ont développé un modèle préclinique chez la souris pour évaluer des thérapies anti-VEGFA. Ils ont testé l’intérêt thérapeutique d’un anticorps monoclonal anti-VEGFA (Bevacizumab, Avastin) sur un modèle de tumeur dérivée d’une lignée de CCM (WaGa) chez des souris NOD/SCID. Les résultats obtenus indiquent que le traitement permet de contrôler l’évolution de la croissance tumorale en réduisant la densité vasculaire tumorale.

D’après ces résultats, le VEGFA est une cible thérapeutique potentielle dans le MCC. Le bevacizumab s’étant révélé efficace pour inhiber la croissance tumorale en préclinique, il pourrait constituer une option thérapeutique prometteuse dans les CCM métastatiques, en alternative ou en combinaison avec les traitements actuels.

Le projet d’une étude clinique de phase II combinant un anti-PD-L1 et un anticorps ciblant la voie du VEGF est porté par le Pr Mahtab Samimi (dermatologue et chercheur de l’équipe) auprès de la DGOS.

Pour en savoir plus :

Kervarrec T, Gaboriaud P, Tallet A, Leblond V, Arnold F, Berthon P, Schweinitzer S, Larcher T, Guyétant S, Schrama D, Houben R, Samimi M, Touzé A.
VEGF-A Inhibition as a Potential Therapeutic Approach in Merkel Cell Carcinoma.

J Invest Dermatol. 2019 Mar;139(3):736-739. doi: 10.1016/j.jid.2018.08.029.Epub 2018 Oct 22. PubMed PMID: 30359576.