Interview exclusive du Dr Bertrand Porro

Publié le : 19.11.2021

Catégorie : Non classé

Partagez l'article

Le Dr Bertrand Porro co-organise le séminaire « retour au travail après cancer » le 19 novembre 2021 avec le SIRIC ILIAD et le réseau Sciences Humaines et Sociales du Cancéropôle Grand Ouest.

Retrouvez le programme → ici

Nous avons rencontré le Dr Bertrand Porro pour en savoir plus sur ses recherches et ses perspectives.

Qui est le Dr Bertrand Porro ?

Bertrand Porro est psychologue et docteur en psychologie de la santé. Il a soutenu sa thèse en 2017 s’intéressant aux déterminants du retour au travail après cancer du sein. Il intègre en 2018 le SIRIC ILIAD en tant que chercheur et participe au lancement du programme Rework (dirigé par Yves Roquelaure) sur l’axe de recherche « retour et maintien en emploi après cancer ». En 2020, il devient co-responsable du réseau Sciences Humaines et Sociales* du Cancéropôle Grand Ouest et coordonne l’axe cancer et travail.

Un des objectifs de vie de Bertrand Porro était d’intégrer le domaine de la cancérologie. Il a choisi la recherche en psycho-oncologie afin de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des patients.

* L’action des Sciences Humaines et Sociales : comprendre l’individu, son mode de vie, ses processus d’adaptation d’un point de vue individuel et social, pour mieux l’accompagner, mieux l’entourer, et mieux le soigner.

Quels sont les objectifs de vos recherches ?

Au sein du Cancéropôle Grand Ouest, la mission est de contribuer à l’animation de la recherche en SHS au sein de la grande région. Ainsi, en animant des séminaires sur les axes comme oncopédiatrie, qualité de vie, cancer et travail, dépistage, prévention, il s’agit d’apprendre à connaître les équipes, de créer une synergie entre elles, et de générer une nouvelle mobilisation des étudiants.

Dans le cadre du programme Rework du SIRIC ILIAD, les recherches s’orientent sur trois axes principaux :

  1. Identifier les déterminants individuels ou collectifs qui permettent de faciliter ou de freiner le retour au travail durable après cancer.
  2. Élaborer et fournir des outils aux chercheurs, professionnels de santé, entreprises, patients pour favoriser le retour au travail durable.
  3. Proposer des interventions sur mesure, selon les besoins des patients, favorisant un retour au travail durable après cancer.
Sur quoi portent vos recherches du programme Rework ?

Le programme de recherche Rework s’articule autour de toutes les parties prenantes du retour au travail après cancer (patient, professionnels de santé, managers, système administratif). Le patient, ses besoins et envies, sont au cœur du processus.

Nous nous attachons à élaborer des outils informatifs (brochure), collectifs (élaboration d’un réseau régional) et informatiques (visant à identifier les besoins spécifiques de chaque patient). Les outils informatiques ont pour objectif de faciliter la prise en charge biopsychosociale – ergonomique – professionnelle, dès le diagnostic, en coordonnant des interventions dites « juste nécessaires » (soins de support, accompagnement social, intervention ergonomique, etc.), dans le but de promouvoir un retour au travail durable.

Nous souhaitons également accompagner les managers en leur proposant des outils et/ou formations visant à augmenter leurs compétences sur le processus de retour au travail après cancer. Il s’agit, ici, de transmettre les connaissances, savoirs-être et savoirs-faire permettant de mieux comprendre les actions à réaliser par le manager et/ou l’employeur pour accompagner le retour au travail durable d’un employé diagnostiqué d’un cancer.

Enfin, nous souhaitons fournir aux chercheurs et aux cliniciens des outils d’évaluation des divers déterminants psychosociaux en jeu dans le processus du retour au travail durable après cancer (échelles d’évaluation notamment), tout en explicitant leur rôle au sein de ce processus (élaboration d’un modèle conceptuel).

Une première étape a été franchie en aboutissant à la mise en place d’un modèle Rework BC, modèle du retour au travail après cancer du sein.

A l’aide d’une revue de la littérature, complétée d’un consensus d’experts, l’équipe Rework a conceptualisé un modèle dynamique, intégratif, multifactoriel, pluridisciplinaire (médecine, psychologie, épidémiologie, la santé publique, l’ergonomie, …) du retour au travail après un cancer du sein. L’équipe ambitionne que ce modèle contribue tant aux recherches futures qu’à la prise en charge des patients. Il offrira notamment une assise théorique aux futures recherches exploratoires et interventionnelles. En clinique, il permettra de mieux identifier les divers profils de patients ainsi que les ressources dont ils disposent (ou non) pour retourner au travail de manière pérenne.

Cette conceptualisation a d’ores et déjà reçu des retours très positifs, tant de la communauté scientifique que des cliniciens spécialistes du retour au travail après cancer.

En mai 2021, publication de l’article : “Return to work of breast cancer survivors : Towards an integrative and transactional conceptual model”. Porro, B., Durand, MJ., Petit, A., Bertin, M., & Roquelaure, Y. (2021). Journal of Cancer Survivorship. https://doi.org/10.1007/s11764-021-01053-3


Quelles suites et perspectives vont être données à vos recherches ?

Des actions sont d’ores et déjà mises en place :

  • Outils (brochure, outils informatiques, questionnaires)
  • Charte cancer et emploi*
  • Réseau régional « Cancer & Travail »
*Une charte cancer et emploi : L’Institut National du Cancer a élaboré en 2020, une charte de 11 engagements pour améliorer l’accompagnement des salariés touchés par le cancer et promouvoir la santé. La volonté est de rassembler et coordonner l’ensemble des acteurs du retour et du maintien en emploi. Ref INCA « cancer et emploi »
Aussi, le SIRIC ILIAD a décliné cette charte pour la Région des Pays de la Loire et en mars 2021 le CHU de Nantes, le CHU d’Angers et l’ICO, ont signé la Charte « Cancer et Emploi » de l’Institut National du Cancer. Ils s’engagent ainsi, aux côtés de 50 entreprises, à améliorer l’accompagnement de leurs salariés touchés par le cancer. Ref SIRIC ILIAD « charte cancer et emploi »
A terme, l’objectif serait d’étendre la signature de cette charte sur toute la Région des Pays de la Loire pour mobiliser l’ensemble des entreprises, mieux comprendre les processus et s’insérer dans les questionnements d’accompagnement du retour au travail des patients.

Quel impact sur les politiques de santé publiques ?

En région, le Cancéropôle Grand Ouest soutient la thématique par l’ouverture de l’axe « cancer et travail » du réseau SHS. Nous collaborons également avec la Ligue contre le cancer de Loire-Atlantique sur l’élaboration de formations des managers au sein des entreprises.

Il existe un réel engouement sur la thématique « retour et maintien en emploi après cancer ». En raison de l’augmentation de la survie au cancer, le retour au travail des patients en âge de travailler devient un enjeu individuel, collectif (notamment au sein de l’entreprise), sociétal majeur. Tous les acteurs (patients et patients experts, managers/employeurs, professionnels de santé, système administratif, chercheurs) se mobilisent pour la cause en apportant leur pierre à l’édifice.

Nous souhaitons conserver cette dynamique entre tous les acteurs en leur proposant une coordination qui débuterait dès le diagnostic du cancer. Le patient, son équilibre personnel, sa qualité de vie, son sentiment d’être heureux de (re-)travailler sont au cœur de nos préoccupations.

Conclusion : Quel constat ? Quelles problématiques ? Quelles solutions ?

Tout est en place et la coordination des acteurs est la clé pour offrir le meilleur accompagnement possible aux patients. L’élaboration et la dissémination de nos outils permettant la représentation partagée, nos communications (scientifiques et grand public), l’élaboration de formations diverses, faciliteront cette coordination.

Toute la difficulté réside dans le fait que le retour au travail après cancer doive être réalisé de façon durable ; et que le patient se sente heureux de (re-)travailler, dans un climat professionnel favorable. Nos investigations actuelles et futures s’inscrivent dans cette logique. En sus de la coordination des acteurs, la prise en charge du retour au travail durable après cancer doit être mise en place dès le diagnostic en prodiguant, au patient, l’accompagnement sur mesure répondant à ses besoins (physiques, psychologiques, sociaux, administratifs puis professionnels et ergonomiques).

→ Pour aller plus loin

SIRIC ILIAD : cancer et travail
SIRIC ILIAD : portrait Bertrand Porro
INCa : cancer et emploi
Ligue contre le cancer : emploi et cancer